C’est terrible, la fin d’une histoire

C’est terrible, la fin d’une histoire

Il pleuvait fort ce jour là. Je m’en souviens très bien parce que j’avais marché dans une flaque et que mes chaussures étaient pleines de boue. J’étais dégoûtée, parce que c’était notre premier rendez-vous « officiel » et que je voulais t’impressionner.

Il avait plu sur mes cheveux aussi qui bien sûr avaient profité de l’occasion pour jouer aux rebelles.

Quand je suis arrivée devant le café, je ne me sentais pas très sexy. Je me suis dit que j’allais me refaire une petite beauté dans les toilettes avant que tu n’arrives. Manque de bol, tu étais déjà là, encore plus en avance que moi.

Tu as ri en me voyant toute dégoulinante mais c’était un rire tendre qui a réchauffé mon cœur. On est resté assis à cette table de café, collée à la fenêtre, pendant des heures. Je ne sais pas comment mais à un moment, j’ai réalisé que tu tenais mes mains entre les tiennes. Et du même coup, j’ai réalisé que tu tenais aussi mon cœur.

Il y a eu beaucoup d’autres cafés et tu as tenu mes mains des centaines de fois. Puis il y a eu des disputes, des déchirures irréparables et tu as arrêté de tenir mes mains. Et mon cœur a arrêté de battre pour toi. C’est la vie. Parfois, on foire ce à quoi on tient le plus.

Aujourd’hui, je t’ai vu passer. Tu marchais vite avec cette démarche si particulière, un peu dansante. Et te voir m’a rendue triste. J’ai hésité à aller te parler, demander de tes nouvelles. Mais je ne l’ai pas fait. Cela aurait servi à quoi? Te rendre triste, toi aussi?

Des fois, j’ai envie de t’appeler, juste pour entendre ta voix. J’ai l’impression que ne plus entendre ta voix me manque encore plus que le fait de ne plus te voir. Cela me manque de ne plus t’entendre m’appeler de la cuisine pour savoir ce que je veux boire, ou entendre ton rire devant mes blagues douteuses, ou les mots que tu me disais au réveil, encore rauques de sommeil.

C’est terrible un amour qui finit. Il y a ce drôle de vide, cette impression que plus rien n’a vraiment de sens, cette vague envie de s’endormir pour ne plus se réveiller. Et surtout, surtout, cette question sans réponse; pourquoi?

Pourquoi on ne s’en sort jamais? Pourquoi on est condamné à se perdre? Pourquoi la magie se transforme en colère, tristesse et plein de petites choses laides?

Est-ce que tout amour porte déjà en lui la certitude de l’échec?

Il n’y a pas de réponse. Du moins, moi, je ne la connais pas.

Le plus terrible et le plus magnifique, c’est que si c’était à refaire, j’irais à nouveau à ce premier rendez-vous, avec les cheveux trempés et les chaussures boueuses et je te laisserais à nouveau tenir mes mains et mon cœur.

Parce que ça en valait la peine. Parce que d’une certaine façon, cet amour continuera à vivre dans mon souvenir et parce que je déteste l’idée que j’aurais pu passer à côté de toi, de nous.

Mais c’est triste.

Binetna est un site féminin collaboratif

 

Facebook Comments
Related articles
1 Comment
  1. Wissal décembre 05, at 14:24

    Très joliment écrit! Bravo!

    Reply
Leave a Comment

Partagez125
+1
Tweetez
Partagez
Épinglez